Chroniques d'une vie annoncée, 2005-2012

LA GRANDE ERRANCE

nous errons dans le silence

à l'ombre de nous même

essayant en vain de résoudre l'insoluble équation

projetés dans le réel,

nous recrache abîmés, usés,

mais cette fatigue claire

                 ouvre

le champ des possibles.

 

 

 03/02/10

 Cette réalité altérée.

 

 05/04/10 

Ignoré, méprisé, en devenir transparent.

 

 06/04/10

au fil des jours

surmonter la terreur

qui mange le corps et le cerveau.

 

La pluie d'été fait entendre sa chanson monotone

effacer la peine pour créer

transformer/transformé

retour aux fondamentaux afin de s'en tirer vivant

travailler cette matière

toutes les horloges indiquent

que c'est l'heure  maintenant

montre le chemin à l'aveugle

glissons nous dans la lumière chaude

rejoins moi sur la route,

l'inconnu nous attend

pénétrons dans le secret des jours

   

 

corps étranger garde mémoire de la grande faim.

 

 

 Larmes translucides

paupières se soulèvent, légères, légères,

notre présence est refusée.

De là,

tout ton être entrouvert, dans la disponibilité

fuir dans ton corps.

 

 

 Mort à moi même

à l'implosion de l'ampoule blanche,

années luminescentes

années ardentes

de l'origine du grand embrasement

sale néon blanc

mes yeux fermés se souviennent.

fera t'il jour à nouveau ?

un peu de lumière au fond de mon trou noir.

D'où j'appelle

d'où j'appelle

 

existe le silence

existe le silence

existe le silence

existence

exit  stance

 

01/02/09

 s'enfoncer toujours plus loin, dans le silence.

  

02/02/09

 j'aimerai que quelqu'un m'appelle

pour oublier les silences

le corps désemparé,

les pensées qui prennent l'eau,

la solitude dans les miroirs,

  

 j'aimerai que quelqu'un m'appelle.

pour entendre une voix,

s'échapper un instant,

que cesse le vacarme assourdissant,

et l'abscence meurtrière,

j'aimerai que quelqu'un m'appelle.

 

 

 

18/01/08

le laurier rose bruisse sous le vent.

Un souffle passe sur le jardin.

Paupières closes

yeux bien ouverts

arpenteur du silence

 encore et toujours.

  

 15/07/07

 érosion lente

ouvrant

la voie à la capitulation.

  

03/09/07 

 A certaines heures

a la croisée des chemins

pile ou face

qui perd gagne.

 

 18/01/08

 Dissimulé

caché

tout montrer

ne rien voir.

 

 19/02/08  

Avant que la porte ne se referme,

respire

 

 22/02/08

 Avis de grand vent

sur mon bureau de bois

certitudes, repères, début de croyances, idées de plomb, tout cela, Monsieur, est à mettre à la fosse.

Nada, nu comme un ver,

sous la toise et verdict:

au boulot !

 

26/03/08 

éternel passant

sur le quai

bousculé, piétiné, parcouru, dévisagé, envisagé,

accompagné, seul

 

  26/03/08 

Je prends place dans la file d'attente, l'homme devant moi se retourne,

il a mon visage

 

 15/05/08 

le temps marche debout

 

 09/06/08 

 immobile

seul

à l'écoute de la pluie

 

  16/08/08

 Dans le silence, trainaient quelques coups de poignards, des cartes à jouer, bien dissimulées, et des cloisons bien hérmétiques.

 

08/11/08

Nous trouvons refuge l'un dans l'autre.

 

23/11/08 

 pas le silence

mais des silences

dans celui-ci tombe telle une goutte d'eau,

une note de musique/seule/unique

 

14/03/07

 

Bras en croix

 figures

du

grand soleil

idoles

changement, permutation, hybridation,

toujours la grande accélération

avec pour seule réponse la compassion.

 

23/04/07

 

 L'extrème limite de la course

devinée

repoussée

néanmoins

acceptée.

 

12/04/07

 

 Fleurs coupées.

Sauvages.

Le vent souffle ce soir.

Le vent souffle mémoire.

Ce noir.

 

  

12/04/07

 

Se joindre au silence

minéral.

 

 

19/04/06

  

Arracher les mots au vide.

 

02/08/06

 

au centre du cercle

rêve au désert                  

 

20/03/05 

 

Consommer. Produire. Vendre. Acheter.

 Vomir.

Silence.

Recueillir secrètement la beauté du jour qui s'étire.

Accepter la solitude avec bonheur.

Une

clé possible.

 Quelques portes se sont ouvertes.

Tant d'autres restent encore fermées.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site