l'art de la fugue

L ART DE LA FUGUE Remonter sur un vélo, après toutes ces années. " C'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas," on dit parfois . Mais c'est pas vrai, quand on a tout oublié et encore plus le vélo. Le départ est maladroit, la suite un peu gauch...e, les cuisses souffrent, le haut du corps crispé, mais peu à peu on s'installe dans le voyage, cette traversée de Nansouty vers Bacalan, chaque jour scolaire. Une mélodie intérieure se fait entendre, un sourire vient aux lèvres, malgré la rapidité et la brutalité du passage des voitures, et à cause des feux rouges oubliés, des regards échangés, il y a si longtemps ...Et le soleil sur la peau, ce soleil....On s'essaie à différentes allures selon l'humeur, promenade rêveuse, sportif très pressé, la Garonne tout près, siffle et souffle, à la surface mouvante, brillante. On regarde, on regarde, l'œil gourmand, jusqu'au ciel aux nuages querelleurs, rapides. On ne sait plus si l'on a quinze ans et que l'on vient de fuguer où beaucoup plus et si on va simplement travailler. Mais l'émotion reste la même.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site