urbanité

Au fil du jour, des visages se succèdent, en face de moi. Et la tristesse me traverse. Au ciel gris, orageux, balayé de vent, cette attente qui jamais ne cesse. Visages d'inconnus, immergé dans la houle de la foule, borné par sa fragile sol...itude. Les discours s'ajoutent et s'annulent, des figures, qui me sourient peut être,  je les reconnais pourtant, je ne ressens rien. Anesthésié . Au delà, où  on ne peut plus m'atteindre, me toucher. Je suis à côté. Une grande maison désertée et rares sont encore ceux qui en passent le seuil. Mais j'y vois clair dans les miroirs, j'y vois clair dans le noir, et tiens le pari, que pour ce genre d'affliction, seule la grande horloge dans le hall de la gare , a la réponse.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×